navigationmenu

vendredi 30 septembre 2016

Pretty duo

Ce short est maudit. Non seulement j'ai galéré comme une dingue à le réaliser, mais j'ai aussi perdu le premier brouillon de cet article, totalement évaporé dans les méandres d'internet. Je sais qu'on dit que dans 99% des bugs informatiques, la source du problème se trouve entre la chaise et l'écran, mais je crois bien que mon cas tombe dans 1% résiduel...  J'ai bien essayé de récupérer mon article (grâce à ce tuto absolument formidable), mais rien à faire, Blogger m'a bel et bien mélangé deux brouillons, histoire de couronner une journée où tout a marché de travers... J'ai hésité à entre aller me rouler en boule dans mon lit et pleurer ou bien tout casser dans mon appart (pas du tout excessive la nana hein...), et puis finalement, j'ai mis Ghost à fond (mon nouveau groupe préféré <3), j'ai respiré un bon coup, et j'ai recommencé de zéro. Attrapez le pop corn/un mug de thé géant, et installez-vous confortablement, c'est une longue histoire.



  
En avril dernier, j'ai acheté pour la première fois un numéro du magazine Burda Style, magazine dont je m'étais jusqu'à présent tenue éloignée car leurs patrons ont la réputation de ne pas être des plus simples à réaliser. Pour commencer, il faut déjà retrouver les bonnes pièces au milieu de planches surchargées, qui ressemblent plus à un message codé de la CIA qu'autre chose (celle du numéro d'avril ressemble à ça...). Ensuite, il faut se débrouiller avec des explications minimalistes et non illustrées. On est donc bien loin du confort des patrons indépendants. En plus de ça, j'avais une vision assez ringarde des modèles Burda, gardant en tête le souvenir de patrons de déguisement ou de vêtements aux coupes beaucoup trop vieillottes à mon goût que l'on pouvait trouver en mercerie. Mais en feuilletant le numéro d'avril, plus par curiosité qu'autre chose au départ, j'ai repéré plusieurs modèles qui me plaisaient et j'ai donc décidé de tenter l'aventure.


Je n'ai pas de suite remarqué ce short, il faut dire qu'il est assez peu visible sur la page de présentation du modèle. Cependant, à force de parcourir le magazine en long, en large et en travers, j'ai fini par le repérer et j'ai vu là l'occasion de me faire un short en suédine pour l'été, pile le genre de pièce qu'on voyait beaucoup en boutique à ce moment et qui me faisait très envie. Le hasard faisant bien les choses, il y avait justement une très belle suédine caramel chez Pretty Mercerie et je me suis empressée d'en commander un morceau, espérant finir mon short avant de partir en séminaire fin mai. C'est cela, ouiiiii... Quand je vois que je n'ai finalement attaqué ma toile qu'à la fin du mois de juillet, pour une version finale terminée vers la mi-septembre, je ris de mon optimisme... J'ai tout de même eu de la chance dans mon malheur car ce modèle faisait l'objet de la rubrique "cours de couture" du magazine et bénéficiait donc d'explications illustrées et d'un coloriage des différentes pièces sur la planche de patrons, ce qui m'a grandement facilité la tâche.



J'ai donc commencé par faire une toile, puisque les patrons Burda ont également la réputation de tailler grand. De plus, mes mensurations me donnaient comme d'habitude deux tailles différentes : 38 à la taille, 42 aux hanches. J'ai tout d'abord taillé tout en 42 pour voir si c'était au moins bon au niveau des hanches (et si, par miracle, ça ne collerait pas au niveau de la taille aussi, on peut toujours rêver), dans un reste de crêpe noir de chez Mondial Tissus. Bien entendu, ma toile s'est révélée trop grande au niveau de la taille, et le short se pose sur mes hanches, mais j'avais justement choisi mon tissu pour qu'il puisse s'accommoder d'un effet "oversize". J'ai d'ailleurs fait un ourlet à revers, qui collait mieux à ce style à mon goût. J'étais donc plutôt contente de ma toile et je me sentais prête à attaquer la version finale en suédine.

Mais nan, jsuis pas bourrée!

C'est là que les ennuis ont commencé. J'ai gradé mes pièces de patron entre deux tailles, découpé mon tissu, formé les plis, monté les poches, assemblé les jambes, et j'ai été prise d'un doute : mon short me semblait aussi grand que ma toile. Je prends quelques mesures et le verdict tombe : j'ai bien du 42 partout. Je respire un grand coup, je cogite à fond et crois comprendre mon erreur, je rectifie donc mes pièces de patron, redécoupe des fonds de poche avant (j'ai utilisé le reste de tissu de ma blouse Macumba), découds presque tout, remonte les poches, réassemble les jambes et... J'ai l'impression d'avoir toujours du 42... Non, en fait ce n'est pas qu'une impression, c'est la réalité. En plus j'ai monté une poche à l'envers. Argh. Comme j'ai vraiment très envie de ce short, je résiste à l'envie de tout jeter par la fenêtre et je dégaine à nouveau mon découd-vite, qui aura définitivement bien plus travaillé que ma machine à coudre sur ce projet...

Troisième tentative, cette fois je suis bien déterminée à ce que soit la bonne et je décide de "tricher" sur le montage pour obtenir du 38 à la taille. Je prends les mesures directement sur la ceinture et les reporte sur les jambes, et j'assemble les côtés. Enfin, c'est une victoire! Je monte la ceinture et la fermeture éclair, il y a un petit défaut d'alignement au niveau de la ceinture et j'hésite à défaire le zip et à le poser une nouvelle fois. Après tout, avec toutes les galères que j'ai déjà connu, je ne suis plus à ça près, et ce serait dommage de ne se contenter que d'à peu près, d'autant plus que toutes les autres jonctions sont bien alignées. Mais chéri me convainc que ça ne se voit pas trop, et que j'en ai déjà suffisamment bavé pour me prendre la tête avec ce détail. Je laisse donc les choses en l'état et je rabats la doublure de la ceinture. Au passage, je décide de coucher les surplus de couture vers le bas plutôt que vers le haut comme indiqué dans les instructions, car sur la toile, j'avais trouvé que ça faisait un petit bourrelet dans la ceinture, et j'avais peur qu'avec l'épaisseur de la suédine, ça fasse vraiment un gros pâté.


Arrivée au bout, j'admire mon oeuvre : bon, le rabat interne s'est décalé au fur et à mesure de ma couture et est donc vrillé, mais si je tire un peu dessus en mettant le short, ça ne se voit pas trop. Tout de même, ça me chiffonne. Et puis rabattre les marges de couture vers le bas était en fait la pire idée que j'aie eue : elles forment des gros bourrelets au niveau des plis et des poches, je ne peux définitivement pas laisser ça comme ça. Je m'arme de toute ma zénitude possible, je re-re-re-dégaine le découd-vite et démonte le revers de la ceinture. J'élague un peu les surépaisseurs au niveau des plis et des poches, je rabats les marges de coutures vers le haut en soignant la pointe centrale au maximum (c'est clairement la partie la plus délicate du short) et j'épingle soigneusement le tout. Je pique avec la plus grande minutie, pile dans la couture entre la ceinture et les jambes, et enfin, ENFIN, je suis arrivée à bout de mon short! Plus que l'ourlet du bas (pour lequel j'ai eu peur de ne pas avoir assez de fil, car à force de coudre, découdre et recoudre, j'ai presque passé une bobine de 100 mètres!) et je tiens désormais mon précieux entre mes doigts. A la mi-septembre. Soit à une semaine de l'automne... Heureusement pour moi que les beaux jours font du rab, et que j'ai mes cuissardes pour les jours plus froids (parce que là, je les ai seulement mises pour la photo, il faisait bien trop chaud pour les porter réellement!). Je trouve qu'elles s'accommodent bien avec l'effet bouffant du short, et donnent un look un peu "mousquetaire des 70's" qui me plait beaucoup. Happy end? Eh bien, je ne sais pas... Même en 38 au niveau de la taille, mon short est un peu grand et glisse légèrement sur mes hanches, peut-être qu'un 36-40 aurait suffit en fait, on n'est pas loin de l'effet parachute... Je songe à ajouter un élastique à l'arrière, comme sur ma jupe-culotte, mais ça implique de démonter le dos du rabat de la ceinture, et pour l'instant je n'en ai pas le courage. Je commence à peine à retrouver mon mojo couture, mis à mal par toutes ces mésaventures qui m'ont éloignée de ma machine pendant toute la fin du mois de septembre. Alors la dernière chose dont j'ai besoin, c'est de me prendre à nouveau la tête sur ce short... Bref, affaire à suivre!


Bon, vous êtes toujours là? Parce que si j'en ai fini avec mon short, j'ai encore une pièce à vous présenter. En effet, le "duo" auquel le titre fait référence est en fait l'ensemble short en suédine-haut moucheté que je porte sur les photos, puisque ce dernier est également fait maison. Il s'agit du patron de la blouse Cézembre d'Anne Kerdilès, que j'avais commandé en même temps que la blouse Milan lors d'une promo sur les patrons pochette. J'avais aussi commandé ce polyester en même temps que ma suédine chez Pretty Mercerie, et j'hésitais à en faire une seconde Brune, mais j'ai finalement choisi Cézembre. J'ai taillé un 36, d'après mes mensurations, mais un 38 aurait peut-être été plus approprié, surtout au niveau des hanches, d'autant plus que ce tissu est un peu raide. J'ai d'ailleurs eu un peu de mal à le coudre, non pas qu'il fût glissant comme je le craignais, mais parce qu'il était étonnamment résistant. J'avais du mal à piquer mes épingles dedans, et ma machine ne l'a pas beaucoup apprécié non plus, elle qui avait déjà des petits soucis de tension. A la fin, elle m'a fait des points atroces et j'ai du l'emmener en réparation... Mais à part ça, pas de difficultés sur ce modèle. Je le trouve peut-être un peu court à l'avant et au niveau des jointures, et d'ailleurs ce n'est pas très harmonieux avec un bas bouffant comme ce short... Il faudra donc que je pense à rallonger un peu les éventuelles suivantes. Autre petit regret, j'ai pensé après coup qu'un passepoil doré aurait été le bienvenu pour souligner les coutures de l'empiècement, mais comme je n'en ai jamais posé, je me dis que j'ai peut-être évité une catastrophe!



Et voilààààà, cette fois j'en ai fini pour de bon, pfiooouu! J'avais, dans mon premier brouillon, terminé mon article avec un bilan technique/wearability sur les deux patrons, mais là j'ai vraiment trop la flemme de recommencer, et je pense que cet article est déjà assez long comme ça, alors je m'arrête là. Je vous souhaite un excellent premier weekend d'octobre :) (mon mois préféré en automne, youpi!)

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à me laisser un petit mot, je serais ravie d'échanger avec vous! :)